lundi 18 février 2013

Arabesque

"Dans la forêt aux éclats dispersés de soleil, immobile forêt d'antique effroi, il allait le long des enchevêtrements, beau et non moins noble que son ancêtre Aaron, frère de Moïse, allait, soudain riant d'insigne jeunesse et amour, soudain arrachant une fleur et la mordant, soudain dansant, haut seigneur aux longues bottes, dansant et riant au soleil aveuglant entre les branches, avec grâce dansant, suivi des deux raisonnables bêtes, d'amour et de victoire dansant tandis que ses sujets et créatures de la forêt s'affairaient irresponsablement, mignons lézards vivant leur vie sous les ombrelles feuilletées des grands champignons, mouches dorées traçant des figures géométriques, araignées surgies des touffes de bruyère rose et surveillant des charançons aux trompes préhistoriques, fourmis se tâtant réciproquement et échangeant des signes de passe puis retournant à leurs solitaires activités, pics ambulants auscultant, crapauds esseulés clamant leur nostalgie, timides grillons tintant, criantes chouettes étrangement réveillées."

                                                                           Belle du Seigneur, A.Cohen.

lundi 31 décembre 2012

entre deux rives

                                                      Les deux fleuves, Chagall, 1956, détail.

samedi 15 décembre 2012

la question

                                                                           Maternité, Jean Roulland, Croix, 1931.

mercredi 17 octobre 2012

L'épaisseur des rêves

                                              Chagall, "l'attente sous le bouquet", 1938, musée de la Piscine, Roubaix.

Le tableau est intitulé "Dédié à Bella, ou l'attente sous le bouquet", on peut le contempler au musée de la Piscine qui consacre une très belle exposition à un aspect méconnu du travail de Chagall, la question du volume, sous un titre plein de promesses, "l'épaisseur des rêves". Le peintre invente des formes, des volumes, il taille, il colle, il met en scène et en couleur le bestiaire et les thèmes qui sont une marque de fabrique, la dualité, le portrait, le couple, la musique, le ballet... L'univers onirique de Chagall invite à interroger l'épaisseur des rêves, ce qu'ils disent de nous, de nos peurs et de nos espoirs, de nos mouvements du coeur et du corps.
 Ainsi le jeune homme attend. L'arbre en fleurs tel une chevelure prodigieuse dit combien son attente est forte et envahissante. Il guette sa belle, la tête pleine de rêves qui le dominent et le détournent de sa lecture. Il n'est déjà plus là, tendu vers elle qui va venir sans doute, vers elle que son attente à lui rend déjà si présente, presque tangible, comme le sont certains rêves...

dimanche 19 août 2012

souffrance

                                                                                                        Bouts, XVè.

jeudi 16 août 2012

Arlequins

                                                                            Fresque à l'arraché, Mezettin, M.Marché-Seyrat

Glace à l'eau de rose ou sérénade amoureuse.


vendredi 10 août 2012

Temps suspendu

...entre Garonne et Gironde, entre Juillet et Août, entre Nord et Sud, entre elle et lui, je fais le pont. Equation d'acrobate qui jongle entre deux vies. Garder les yeux au ciel, voir loin et s'accrocher aux branches...

lundi 6 août 2012

fenêtre sur cour

                                                                                                  Nice, août 2012.

jeudi 26 juillet 2012

Vive les vacances!

Juillettiste sur la promenade de Malo... Bin quoi, manquerait plus qu'il se plaigne! Il a tout le banc rien que pour lui! Y en a des plus malheureux, des plus vieux, tellement cassés par la vie qu'ils ne peuvent même pas s'y asseoir. Allez Dédé, fais pas la tête, les vacances, ça n'a pas de prix, ou plutôt si, mais c'est pas dans les tiens. Quelle idée aussi de louer à Malo, c'est malin! Bon, bin ça va être fort long Dédé les vacances, accroche toi mon gars, pas d'bol, le soleil, il est loin de toi, fais toi une raison, et profite bien surtout!

jeudi 28 juin 2012

Les visages de maman


"Quelquefois tu pleures et quelquefois tu souris comme un soleil, alors j'ai fait les deux."
Lilas, Juin 2012.

samedi 16 juin 2012

Dame de Coeur

                                                                                                  Mamac, Nice.

lundi 11 juin 2012

Entre deux

                                                                                       Parc du Heron, Juin 2012.Expo Entrelacs.


Entrelacs de mondes chatoyants glissent en reflets de ciels changeants
Bulles de vie réunies sous la caresse du vent léger
Le bonheur souffle ses couleurs au temps
Entrelacs d'émotions contenues. Les yeux ouverts. Le coeur tremblant.
Entre eux deux.
Imperceptible battement des cils en prière fugace
Et le sourire de tes yeux d'enfant

mardi 29 mai 2012

mardi 22 mai 2012

tous les mondes en soi

tous ceux qu'on porte...sur ses épaules ou dans son coeur...ceux de l'origine et ceux qui sont venus plus tard et qui bouillonnent...l'arbre de vie chargé de fruits...

lundi 21 mai 2012

tea for two


"Longtemps au pied du perron de
La maison où entra la dame
Que j'avais suivie pendant deux
Bonnes heures à Amsterdam
Mes doigts jetèrent des baisers (...)

Je la surnommai Rosemonde
Voulant pouvoir me rappeler Sa bouche fleurie en Hollande
Puis lentement je m'en allai
Pour quêter la Rose du Monde"

                                         Apollinaire, Alcools.

dimanche 20 mai 2012

comme une reine

                                                                                        Amsterdam, mai 2012.

dimanche 13 mai 2012

Sortir le grand jeu

                                                                                         hauteurs de Eze, mai 2012.

Et chacun de disposer ses pions...alors Valls ? Ayrault ? Moscovici ? ... qui va gagner la partie?... à moins qu'une femme? de gauche... ? Hum, voilà au moins deux bonnes raisons de ne pas trop y croire...

mardi 8 mai 2012

comme une image

de Marianne taillée dans la roche ou de déesse circonspecte devant le monde des vivants? Du haut de son piédestal la Muse regarde la montagne. Les paupières baissées, les épaules nues, comme prisonnière d'un rêve qui retient sa chute.

vendredi 27 avril 2012

mots bleus

"Je donnerais tous les ciels toute la lumière du monde 
Les étoiles à la pelle et le chant des oiseaux
J'arpenterais la terre le visage embué
Les paumes ouvertes
Je dénouerai les fils. J'y poserai les lèvres
Je stopperai les vents les plus cinglants
Jusqu'à ce qu'ils se taisent
J'écouterai les arbres en implorant leur force
et je continuerai mon chemin

Et tous les vents contraires pourront bien ricaner
Au spectacle muet de mes pieds écorchés
Ils peuvent bien cogner sur ma poitrine nue
Sous la pluie je fais face aux terres inconnues
Ils glisseront sans force le long de mes chevilles
Et s'évanouiront sans que mon bras vacille
 
Au matin de bonheur après tout ce chemin
J'écouterai la vie qui bruira dans mon sein
Je serai fatiguée je fermerai les yeux
La tête abandonnée le nez dans tes cheveux
Et je te dirai Loup
Caresse mes genoux
Sens mon coeur battre fort
C'est peut être un peu d'or
Le temps ni les épreuves n'en ont pas eu raison
Depuis que je t'en ai fait don
Vois la forêt ouverte goûte l'odeur du jour
J'allume les étoiles je chante notre amour
Une fée dans ta main protège ton destin."


Nasrine Tarak, 
in" fantaisie pour les Ptits loups", éd.Nathan, 2012.

dimanche 8 avril 2012

dimanche 4 mars 2012

Dans ma maison

Tout l'album est merveilleux. Mention spéciale pour le titre "Dans Ma Maison". A écouter ce soir sous les étoiles ou sous la pluie, en attendant demain.


jeudi 1 mars 2012

Mémoire d'éléphant



"Mon souvenir le plus ancien est celui d'un éléphant fou, mon oncle John l'a tué. J'ai encore le bruit dans l'oreille. C'était un acte criminel, j'ai gardé la photo un peu comme un souvenir pieux."
L.Durrell.



Libération consacre une page spéciale aux massacres d'éléphants en ce moment au Cameroun, dans le parc de Bouba Ndjida. Et une autre à Laurence Durrell, un drôle d'éléphant de la littérature de voyage, plus indien que britannique, qui parcourut la Grèce, Chypre, Corfou, l'Europe de l'Est et l'Amérique du Sud. C'est au séjour en Egypte qu'on lui doit le Livre des morts, plus connu sous le nom du Quatuor d'Alexandrie, un roman fleuve, poétique qui donne à Alexandrie la mémoire d'une femme et donne à voir les multiples regards que l'on peut porter sur une même situation pour peu qu'on change l'angle de vue. Durrell aurait cent ans, il y avait 5 millions d'éléphants sur la planète quand il s'insurge contre son oncle, il en reste 500000 aujourd'hui. "Qui a inventé le coeur humain, je me le demande ? dis le moi, et alors montre-moi l'endroit où on l'a pendu." La question de Justine dans le premier volume du Quatuor pourrait sous titrer la photo choisie par Libé pour illustrer l'une des tristes actualités du moment...

samedi 25 février 2012

lundi 20 février 2012

Carême et Carnaval


Le combat de Carnaval et Carême, Bruegel, 1559.

samedi 18 février 2012

La vie selon ...Triptyque

Atelier de Monet, Aix en Provence.

Maison de Monet

Dans son jardin.

dimanche 1 janvier 2012

un voeu

Paris, Quai de Seine, Décembre 2011.

Meilleurs Vieux !

bourgade au Nord
Santé : 2 mois offerts ! bin mazette, de quoi rendre le sourire à mémé...

mardi 27 décembre 2011

Etre au rendez vous

Pas toujours simple mais... plein de façons d'y être en fait si l'on y pense...

dimanche 18 décembre 2011

belles à croquer

Frederic Leighton, 1864, Mère et enfant (cerises), musée d'Orsay.

vendredi 16 décembre 2011

Good night my farewell, don't worry...

Ou quand le groove de Madeleine Besson revisite les classiques et crée ses propres morceaux entre rock, soul et blues.
Pour l'original, rendez vous au sunset ou bien .
Jolie voix qui réchauffe la nuit mais ...ain't no sunshine when (s)he's gone... I know, I know, I know...

vendredi 9 décembre 2011

au théâtre ce soir

Au spectacle, Annie Cleenwerck.


Le roman culte de Boris Vian revisité par Emmanuel Deconinck par la compagnie de Jean-Marc Chotteau, en fantaisie musicale colorée et jazzy. Un exercice de style porté par de jeunes acteurs aux talents multiples. Echappée Belle éclectique et électrique. Les thèmes intemporels, la poésie, l'amour, la mort, s'entrelacent telles les ramifications de la fleur étrange qui étreint le coeur de Chloé tandis que Colin se ruine en fleurs pour lui sauver la vie. Fable de l'amour emporté par les maux d'un mal séculaire qui tue insidieusement à force d'air vicié. Chloé et Colin existent, luttent et puis meurent. Et l'on peut bien leur faire un "enterrement de pauvres" ... Reste l'essence, leurs mains nouées, l'écume de ce qui fut...

"-Les gens ne changent pas. Ce sont les choses qui changent.


- Il me faudra des mois, des mois, pour que je me rassasie des baisers à vous donner. Il faudra des ans de mois pour épuiser les baisers que je veux poser sur vous, sur vos mains, sur vos cheveux, sur vos yeux, sur votre cou... "