dimanche 28 février 2010

L'homme des nuages

L'homme des nuages, Fritz Van den Bergh, 1927. musée royal de Bruxelles, février 2010.

Dans un monde où il convient d'être si réaliste, pragmatique, concret, dans une société dans laquelle il faut écouter des politiques qui flattent le bon sens et engagent le quidam à garder les pieds sur terre et la tête près du bonnet, dans un tel monde où tout se vend, tout s'achète, tout s'use, où il faut lutter pour exister ou tout simplement pour un toît ou pour le droit d'asile... dans ce monde là, l'homme (ou la femme) des nuages est traité comme un extra terrestre, un zombie, un marginal, un poète... C'est une autre manière de tuer les rêves que de prétendre qu'ils sont hors la réalité. Dire la poésie du monde c'est l'énoncer dans un regard singulier qui l'éclaire d'un jour différent. Les nuages pour prendre un peu de distance. Les nuages, pour approcher la seule réalité qui vaille, à la taille de ses propres rêves, dans les couleurs qu'on a choisies, sous le soleil ou sous la pluie...
N'oublie pas, dessine la boîte, le mouton que tu veux est dedans...

1 commentaire:

  1. Magnifique texte.
    Qui me donne envie de rester dans mes nuages...

    RépondreSupprimer

votre mot à dire?